samedi 11 novembre 2017

Miraculeuse désincarnation

 " (…) par une gymnastique suprême et au-dessus de mes forces, me dévêtant comme d’une carapace sans objet de l’air de ma chambre qui m’entourait, je le remplaçai par des parties égales d’air vénitien, cette atmosphère marine, indicible et particulière comme celle des rêves, que mon imagination avait enfermée dans le nom de Venise, je sentis s’opérer en moi une miraculeuse désincarnation (…)." Marcel Proust, Du côté de chez Swann, p. 386.


                                            Miraculeuse désincarnation, 100x100, 2017.
                                         Mortier, pigments, acrylique, encre, vernis, liant...
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire