Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mai, 2017

Une lueur réduite en poudre

Je suis passé dans une forêt de bambous qui avaient près de cinq mètres de haut. Merveilleuse sensation d'irréalité, l'ombre et la lumière, la terre d'un rose crémeux, la jungle et l'espace, une lueur tamisée, réduite en poudre, un silence, des couleurs d'un autre monde. Henry Miller, 29 janvier 1941, p.291. Une lueur réduite en poudre, 60x60, 2017. Pigments, vernis, liants, mortier, encres...

Réserve d'inspiration

À force de tâtonner, on finit par se rendre compte -les coups tirés au hasard dans l'obscurité sont trop frappants pour être ignorés. Chacune de ces profondes prises de conscience est une véritable avance, une véritable consolidation de la possession jadis aveugle de la vérité. Vous entendez soudain, si vous écoutez correctement, que la vérité ne cesse de parler en vous. Alors vous devenez terriblement tranquille et réservé. Vous n'essayez plus d'en faire plus que vous ne pouvez. Vous ne faites pas non-plus moins que vous ne pouvez. Mais vous travaillez et agissez sur un plan différent, qui est comme une réserve inépuisable de force et d'inspiration. Henry Miller, 21 février 1939, p.205.                                                      Réserve d'inspiration, 50x50, 2017.                                            Acrylique, argile, encre, vernis, mortier, liants...

Je respire encore l'air de la montagne

Je vais voir Rank avec toute ma panoplie, questions et accusations. Je respire encore l'air de la montagne, grisé par l'altitude, mais je me rapproche, de plus en plus du problème, j'en deviens supersaturé, de telle sorte que la décharge, quand elle viendra, sera une tornade. Je veux qu'il pleuve du sang.  Henry Miller, 5 mars 1933, p.119.                                          Je respire encore l'air de la montagne, 50x50, 2017.                                                 Pigments, encre, vernis, liant, mortier...