jeudi 23 mars 2017

Le souffle qui ébranle les profondeurs marines

Le désir est la chose primordiale -le souffle qui ébranle les profondeurs marines. Toute l'architecture de l'univers est gouvernée par le désir, lequel atteint son but en réalisant qu'il est sans limite. Henry Miller, 9 septembre 1939, p.237.
Le souffle qui ébranle les profondeurs marines, 50x50, 2017.
Acrylique, encre, liant, vernis...
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire