vendredi 1 juillet 2016

Tomber amoureuse de l'hiver

Pourtant, j'aime les vêtements d'hiver. J'éprouve un plaisir sensuel à porter des tissus lourds et chauds. Je me cache comme un bijou dans un coffret en velours. Seuls dépassent mon menton et mon nez. J'aurai toujours cette grande fragilité juste avant l'hiver et ce rêve d'un été perpétuel. Ridicule. Comme ces femmes qui meurent d'amour, ou par nostalgie de leur pays natal. Il faut que je trouve un moyen de tomber amoureuse de l'hiver, ce sale garnement. Que m'apporte-il ? Le droit de porter du velours et de la fourrure, l'intimité des portes et des fenêtres fermées, e feu dans la cheminée, et une profusion de concerts et de pièces de théâtre. Anaïs Nin, 27 septembre 1928, p.1096.



Tomber amoureuse de l'hiver, 50x50, 2016.
Acrylique, liants, encres, pigments, vernis...


Détails


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire