Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juillet, 2016

Le Livre émerge du chaos

Je suis complètement exaltée après une matinée d'écriture, d'écriture magnifique. Le livre émerge du chaos, tranchant et mystérieux. Je suis épuisée et contente de moi.  Anaïs Nin, 14 mai 1930, p.1237.


Le Livre émerge du chaos, 50x50, 2016. Acrylique, liants, encre, pigments, cire, vernis...
Détails

Tout près de mon bonheur

Cette nuit-là je n'ai pas dormi, et Hugo non plus -comme je l'ai appris plus tard. Nous étions profondément troublés, bouleversés. Je passais mon temps à m'émerveiller et à chercher un point d'appui. pour ces milles impressions nouvelles, pour ces rêves nouveaux, pour la grande confusion qui régnait en moi, pour les craintes et les espoirs encore vacillants. Parfois, je baignais dans une paix divine, je flottais dans un univers de sentiments harmonieux et apaisants. La certitude d'aimer et d'être aimée me fit vivre les heures les plus heureuses que j'aie jamais connues. Mais à d'autres moments, une ombre s'abattait sur moi, je sentais monter en moi une angoisse inexplicable - la peur de le perdre, un vague malaise, une soif de quelque chose -mais quoi ?
Je sentais ma douleur, tout près de mon bonheur. Je brûlais au souvenir de ses baisers, et je tremblais à la pensée de ses mots. Anaïs Nin, 16 juin 1922, p.727.


Tout près de mon bonheur, 50x50, 2016. A…

Dans le bus, fantomatique

Je fus parcourue d'un tremblement glacé, comme si j'avais reçu une blessure mortelle. La réception était terminée. Hugh et moi sommes sortis dans le brouillard et avons sauté dans un bus fantomatique, où nous avons parlé. Anaïs Nin, 19 janvier 1925, p.858.


Dans le bus, fantomatique, 50x50, 2016. Acrylique, liant, pigments, vernis, cire...
Détails

Je ne sens plus que mon corps

Dans le train. Gide prétend (dans La Porte étroite) que vivre ce n'est pas s'abandonner à la vie, mais se restreindre: c'est en passant par la porte étroite que l'on peut parvenir à la vie la plus aiguisée. La porte étroite ! Le contrôle de soi, le sacrifice, la restriction -je les ai toujours pratiqués et tout ce que j'ai gagné, c'est un corps insensible et un intellect qui avait du mal à s'éveiller.
Maintenant j'ai trouvé la chaleur et la sensibilité du corps et, en même temps, j'ai acquis la compréhension, la capacité d'agir, de m'oublier. Mon intellect en a-t-il pâti ? Oui, je l'avoue. J'ai perdu mon équilibre. Je ne sens plus que mon corps, ses fièvres, ses langueurs, ses désirs, et ses manques. Je ne peux plus penser. Mais je trouverai la bonne mesure. Anaïs Nin, 7 avril 1928, p.1063.


Je ne sens plus que mon corps, 50x50, 2016. Acrylique, liants, encre, pigments, colle à carrelage, mortier...

Dans mes rêves j'imagine des formes

Mes mains brûlent d'envie de créer. Dans mes rêves j'imagine des "formes", et même pendant la journée. Naturellement, il en sortira une histoire, car voilà ce qu'est mon écriture: un débordement. Quand je vis, je déborde. Quand je ne peux pas vivre vraiment, mon imagination me brûle jusqu'à ce que le trop-plein se transforme en mots. De tous ces paysages, trois histoires sont déjà nées. Anaïs Nin, 14 octobre 1925, p.905.


Dans mes rêves j'imagine des formes, 50x50, 2016. Acrylique, liant, pigments, vernis...
Détails

Tomber amoureuse de l'hiver

Pourtant, j'aime les vêtements d'hiver. J'éprouve un plaisir sensuel à porter des tissus lourds et chauds. Je me cache comme un bijou dans un coffret en velours. Seuls dépassent mon menton et mon nez. J'aurai toujours cette grande fragilité juste avant l'hiver et ce rêve d'un été perpétuel. Ridicule. Comme ces femmes qui meurent d'amour, ou par nostalgie de leur pays natal. Il faut que je trouve un moyen de tomber amoureuse de l'hiver, ce sale garnement. Que m'apporte-il ? Le droit de porter du velours et de la fourrure, l'intimité des portes et des fenêtres fermées, e feu dans la cheminée, et une profusion de concerts et de pièces de théâtre. Anaïs Nin, 27 septembre 1928, p.1096.


Tomber amoureuse de l'hiver, 50x50, 2016. Acrylique, liants, encres, pigments, vernis...

Détails