mercredi 11 mai 2016

Si je décris mon coeur...

C'est alors seulement que j'ai compris que beaucoup de gens pouvaient faire leur journal. Seulement j'ai appris que tout le monde ne décrit pas son cœur mais sa vie.
Moi je n'y vois pas beaucoup de différence car si je décris ma vie je décris les accidents qui ont fait battre mon cœur d'impatience, de joie, de douleur, de passion, de misère, etc. Si je décris mon cœur je décris aussi la vie qui l'a fait battre et aussi la vie qui l'a fait mourir.
Anaïs Nin, 8 avril 1916, p.145.


Si je décris mon cœur..., 50x50, 2016.
Acrylique, pigments, encre, liant, mortier, vernis...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire