dimanche 15 mai 2016

Je me suis permis de flotter

Malgré de nombreuses descriptions très minutieuses, je me suis permis dans le livre de flotter dans un univers éthéré. Apparemment je ne mange pas, je n'ai pas de lit pour dormir. Personne ne sait où je vis ou même si je vis comme vivent les autres hommes. L'esprit, seul l'esprit, semble vivre et combattre. Anaïs Nin, 30 octobre 1923, p.799.
Je me suis permis de flotter, 50x50, 2016.
Acrylique, encre, papier, liant, mortier, vernis, cire...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire